A year in the University of Queensland...

Et c'est parti pour un an en Australie!

Qui suis-je?


Salut, moi c’est Salomé ! Je suis étudiante dans le bi-cursus SCUBE depuis deux ans, à Paris. Comment ? Vous ne savez pas ce que c’est ?  C’est tout simplement une double licence en sciences sociales et en sciences dures : d’un côté Sciences Po Paris et de l’autre l’Université Pierre et Marie Curie en licence de biologie –oui, pas très courant comme cursus !- et dans quelques semaines, vous l’avez deviné, je pars en Australie. 

 

A l’origine, je ne vis pas à Paris. Je viens de Poitiers, une ville de 120 000 habitants. Autant vous dire que Paris il y a deux ans, c’était déjà un cap pour moi ! Là, partir étudier un an à l’Université de Queensland à Brisbane, ça ne va pas être un cap, mais un roc, une péninsule ! Non, plus sérieusement, je dois vous avouer une chose : je n’ai jamais mis les pieds hors de l’Union Européenne et je n’ai jamais pris l’avion plus de deux heures d’affilée. Ce voyage en Australie va vraiment être une expérience des plus enrichissantes et c’est aussi pourquoi j’ai décidé de créer ce blog. Je vais essayer de vous donner par mes articles et mes photos, un aperçu de ce que je vais vivre au cours d’un an afin que vous aussi viviez cette expérience, avec moi.

 

 

Alors si vous voulez partager des choses avec moi, poster des commentaires, laisser des questions : n’hésitez pas, ça me fera très plaisir ! Et... bonne lecture!


ANNONCE CHANGEMENT D'HEBERGEUR!

Bonjour tout le monde! Petit changement: comme je ne peux plus ajouter de photos sur ce site (donc mon blog devient inutile!), je change d'hébergeur et je m'en vais sur Worpdress dès à présent. Alors si vous voulez continuer à lire mes aventures en Australie, venez sur ce lien:

https://directionbrisbane.wordpress.com/

Byron Bay - la suite-

Quand le réveil a sonné à 5h10 très précisément, c'était très dur, comme vous vous en doutez. Trois heures de sommeil, c'est inhumain!

Lire la suite 1 commentaires

Byron Bay -le début-

Vendredi 29 juillet: ça y est, le départ pour Byron Bay est arrivé! Un coup d'oeil sur les emails envoyés par QUEST : prévoir crème solaire, chapeau, maillot de bain et passeport! Le week-end s'annonce très sympathique. Ah oui, ne pas oublier non plus des vêtements qui ne craignent rien pour la Paint Party prévue dès le soir même! 

Avec Timothy et Taylor, nous sommes dans le même bus -en effet, pour transporter 250 exchange students, il vaut mieux avoir prévu plusieurs bus!- et dans la même auberge de jeunesse. Quand nous arrivons à destination au bout de deux heures de route, nous nous rendons compte que par chance, notre auberge de jeunesse est la meilleure! Située à 30 mètres de la plage, le WIFI gratuit, des chambres non surchargées (nous étions quatre dans la nôtre, Timothy, Taylor, Caitlin -une américaine rencontrée sur place- et moi) et un cadre de vie beaucoup plus enviable que celui de l'autre auberge -que nous allions découvrir le lendemain-. Nous nous sommes vite installés puis direction le restaurant mexicain pour acheter de quoi manger! Et enfin, après avoir assuré la survie de nos organismes criant famine, nous avons pu aller sur la plage!

Lire la suite 1 commentaires

Premiers jours de cours

Mardi 26 juillet: premier jour de cours! Et oui, ce semestre, je n'aurai pas cours le lundi (ni le vendredi d'ailleurs, ce qui me fait un week-end de quatre jours!). Je dois être à UQ pour 8h pour assister à ma première lecture: "Neuroscience of social behavior". Celui-ci, c'est un cours de science : obligé dans le bi-cursus SCUBE. Taylor a également cours à 8h, nous allons donc toutes les deux à l'arrêt de bus -se trouvant à une minute de chez nous- et nous y retrouvons Sarah, une allemande avec qui nous avions discuté dans la queue pour acheter les tickets pour Byron Bay et qui habite à quelques maisons de la nôtre.

Il me faut maintenant vous expliquer le concept des bus australiens. Vous qui vous plaignez de la SNCF, des métros parisiens, des transports en commun français: venez une semaine en Australie et vous verrez la différence! En France c'est une MERVEILLE comparé à ici! En bref, nous étions à l'arrêt à 7h28 très précisément puisque le bus passait à 7h33 comme il était indiqué sur le panneau. Le bus est bien arrivé, à l'heure, mais ne s'est pas arrêté. Il indiquait seulement: "Sorry, bus full". Nous étions éberluées! Nous avons donc attendu le prochain. Et comme les bus ici arrivent toutes les dix-quinze minutes, il ne faut pas être pressé!  Le suivant, il n'est tout simplement pas passé. Quant au troisième, il ne s'est encore pas arrêté: bus full. Résultat, nous avons eu le bus de 7h46 et comme le trajet dure un peu plus de 10 minutes, nous sommes arrivées quelques minutes en retard en cours (n'oublions pas, UQ est immense!! Il faut donc compter le temps du déplacement jusqu'au bâtiment!).

 

Qu'en est-il de ma première lecture? Ma première impression: ça allait vite, très vite. Je ne comprenais pas tout même si le professeur parlait de manière très compréhensible (il est américain, ça explique son accent si facile à saisir!). Les concepts scientifiques n'ont pas les mêmes noms que ceux que j'ai appris (forcément, tout est en anglais!) et les informations à retenir se sont succédées assez rapidement. Ce cours de deux heures m'a très vite fait comprendre que j'allais avoir beaucoup de travail dans cette matière: 4 pop quizzes dans le semestre (à comprendre comme 4 interro surprises pendant les lectures), des readings d'une soixantaine de pages chaque semaine, un major essay, et une note de participation à chaque tutorial.

 

D'un coup, je comprenais mieux pourquoi nous avions si peu d'heures de cours dans la semaine: le travail personnel à fournir était impressionnant! Ce système est très différent du système français.

Puis, à 16h, j'avais ma deuxième lecture, n'ayant pas encore de tutorial cette semaine. Il s'agissait de mon deuxième cours de sciences du semestre: Australia's Marine Environment. Dans ce cours, quasiment que des exchange students. Le professeur a l'air adorable et les field trips proposés semblent inoubliables! 

 

Le mercredi 27, c'était le jour du "Market Day" à UQ. Le jour où tous les clubs et associations disposent d'un stand pour présenter ce qu'ils font. Les élèves se baladent de stand en stand et peuvent adhérer aux clubs: ça va du club Harry Potter, au club des étudiants de psychologie, au club de la foi de Jésus, en passant par le club Pokémon Go ou le club de Street Dance ou encore le club "anti-capitalist". Très sympa tous ces petits stands où chacun parle avec chacun et où chaque club te propose des gadgets et bonbons pour t'attirer dans son camp. Je n'ai pu y rester qu'une heure puisque à 11h j'avais une lecture d'Australia's Marine Environment. Puis de 12h à 14h j'ai assisté à la première lecture de mon cours de sciences politiques: "Terrorism and Insurgency in world's politics". Très intéressant. Un évènement drôle est également à retenir de ce premier cours: alors que Lucile cherchait sur son ordinateur ce que voulait dire "COIN" indiqué de nombreuses fois sur le diaporama, et, qu'après avoir trouvé la signification alambiquée de ce mot (Conflict of Interest/Noticeboard) je le recopiais avec application dans mon carnet de vocabulaire, un garçon juste sur la rangée derrière nous tape sur l'épaule de Lucile et lui montre un bout de papier. Dessus, il y avait écrit: COIN= Counter-Insurgency. Nous avons bien ri, lui de même: il devait vraiment avoir eu pitié de nous pour venir nous indiquer notre erreur!

 

Le mercredi soir ensuite, à 18h, nous sommes allées avec Lucile à un cours de danse à UQ pour faire la session d'essai. C'était étrange: nous avons dansé dehors, sur la "Campbell Place" et nous étions plus de 60 étudiants! On nous a appris les bases du Charleston et de la Bachata. C'était vraiment un moment très sympathique et personne ne se moquait d'untel, tout le monde essayait les pas sans a priori.

 

Le jeudi, mon troisième et dernier jour de cours de la semaine donc, j'avais une lecture d'Australia's Marine Environment à 9h où surprise: on nous a donné notre premier Assignment (devoir noté), à faire pour la semaine prochaine. Puis, j'ai eu mon premier cours de "Music, Development and Cognition" pour lequel j'ai du me rendre dans la School of Music. C'est le bâtiment que je préfère sur le campus de ce que j'ai pu visiter à présent: il n'est pas particulièrement beau, pas particulièrement grand ni lumineux mais dans le moindre couloir on entend de la musique. Partout, dans chaque salle, des sons résonnent et l'on peut voir des musiciens jouer. La professeur est adorable et heureusement que je connais les notions de musique parce que tout le monde dans le cours est musicien donc elle ne prend pas la peine de réexpliquer les concepts tels que les gammes, les tons, les harmonies... Cependant, tous les noms sont différents, j'avais un peu de mal à m'y retrouver, mais ça viendra! Ce cours était très axé sur la participation en groupes. 

Enfin, quand j'ai voulu quitter la salle de cours pour aller à l'arrêt de bus afin de rentrer à la maison, je me suis perdue. Mais bien perdue! Une première fois dans la School of Music: je suis passée devant une salle où quelques étudiants étaient installés avec leurs ordinateurs et après avoir marché dans je ne sais combien de couloirs pour trouver la sortie, je suis repassée devant la même salle aux ordinateurs, puis cinq minutes plus tard, je suis retombée dessus. Trois fois! Du coup, comme ils riaient un peu en voyant ma mine déconfite, je leur ai demandé de l'aide et on m'a aidé à sortir de là (bon, j'ai tout de suite été excusée quand ils se sont aperçus que j'étais française ;) ). Ensuite je me suis perdue une deuxième fois dans l'Université elle-même car mon internet m'a lâché (et donc plus de GPS!). Je ne sais pas jusqu'où je suis allée, mais je suis sortie de l'Université, puis j'y suis re-rentrée en m'apercevant que je n'étais plus du tout au bon endroit! Résultat: mon cours finissait à 12h50, je suis arrivée à l'arrêt de bus à 13h28. Je le sais très précisément puisque j'ai loupé le bus de 12h55, 13h18 et 13h25. Le prochain était à 13h55. J'ai donc attendu comme une âme en peine devant l'arrêt de bus (on ne sait jamais, ici les horaires sont tellement flexibles!).

 

J'ai finalement passé l'après-midi à travailler et le soir, nous avons préparé nos affaires pour partir à Byron Bay. Le départ pour le voyage de trois jours, c'était demain matin!

 

Maintenant promis je n'écrirai plus d'article sur mes cours (ou du moins que très peu!) parce que c'est beaucoup moins intéressant que tout ce que je fais à côté! C'était juste pour vous donner un aperçu de la vie universitaire à côté de ma vie "travel, chill and fun": je travaille aussi, il ne faut pas l'oublier ;)

 

 

Ah oui, je mets ici cette photo de la Gold Coast parce que je viens de me rendre compte que j'avais oublié de la glisser dans mon autre article! 

VIVE LA SCUBE!

3 commentaires

Lone Pine Koala Sanctuary

Lundi 25 juillet, à 6h du matin, nous étions déjà à UQ pour faire la queue afin d'acheter un ticket pour aller à Byron Bay ce week-end. En effet, QUEST organise un week-end de trois jours dans cet endroit magnifique et le nombre de places est limité: 250. La vente commence à 8h mais pour être sûrs de pouvoir en avoir une, il faut venir bieeeen plus tôt! Voilà pourquoi nous nous sommes levés si tôt ce matin-là (et quand je dis nous, je veux parler de Timothy, Lucile, Taylor et moi). Quand nous sommes arrivés, il y avait déjà une soixantaine de personnes qui faisaient la queue ! Chaque personne peut acheter deux places... En peu de temps, tout serait vendu!

Seul point positif quant à ce réveil prématuré: nous avons pu assister au superbe ciel éclairé par le soleil levant.

Nous avons finalement réussi à avoir nos places après plus de deux heures d'attente! Heureusement, je n'avais pas cours dans la journée, j'ai donc pu rentrer me reposer à la maison. L'après-midi, comme nous n'avions rien de prévu, nous avons décidé de nous rendre avec Timothy à "Lone Pine Koala Sanctuary", à dix minutes à peine en voiture de chez nous.

Lire la suite 3 commentaires

Gold Coast!

Ce que vous avez vu sur la vidéo, c'est la Gold Coast... Et c'est l'endroit où nous nous sommes rendus le dimanche 24 juillet! Certes, la vidéo a été prise en été et les couleurs sont excessivement intenses -c'est une vidéo de promotion pour un site de voyage n'oublions pas!- mais en réalité, l'endroit est tout de même très beau! 

Nous sommes donc partis vers neuf heures ce matin-là à cinq dans la voiture de Timothy: Lucile (surnommée "Madame GPS"), Timothy le conducteur (on le surnomme "le papa" dans ce cas-là), Victor (un autre sciences piste), Victor (bis! Celui-ci est suisse) et moi (ici, tout le monde m'appelle Salomi parce qu'ils n'arrivent pas à prononcer le "é"!).

Vers 10h15, nous étions déjà arrivés sur Surfers Paradise mais aucune place pour garer la voiture.. Nous avons donc fait le tour de la ville au moins trois fois avant de finalement continuer à rouler le long de la côte pour trouver un parking non payant. Nous nous sommes donc arrêtés vers 11h pour aller nous poser sur la plage qui s'étendait à perte de vue. Première fois que je voyais l'Océan Pacifique!

Lire la suite 3 commentaires

Le déménagement!

Le samedi 23 juillet, nous avons enfin emménagé dans notre logement définitif! Une shared-house comprenant 5 chambres: Timothy, Lucile et moi en occupions déjà trois, les deux autres étaient louées à une américaine et à un australien - tous deux étudiants à UQ-.

 

A l'agence, obligation de regarder une vidéo qui explique en détails tout ce qui est inscrit dans le contrat de location puis, direction Taringa! En effet, nous habitons en banlieue du centre-ville, de manière à être près de l'Université. En bus, nous sommes à 10-15 minutes du campus.

 

Un premier aller-retour pour déposer quelques affaires, faire le tour de la maison et dire bonjour aux collocs puis nous revenons dans notre Airbnb pour prendre nos valises et récupérer notre Discount auprès de notre hôte. Bien entendu, quand nous revenons dans notre maison, des petites photos s'imposent!

Lire la suite 3 commentaires

Semaine de l'orientation - la suite-

Après notre soirée de bienvenue du mardi soir, la journée du mercredi a été plutôt calme. Un passage à l'agence pour régler un petit souci de date d'emménagement, un tour en ville dans les magasins, et beaucoup de repos globalement.

Le jeudi matin, après une session d'information à propos de UQ Sport, je suis allée à l'évènement organisé par QUEST : "Aussie Animals". En tant qu'Exchange Students nous étions conviés à venir observer, toucher et prendre en photo des animaux typiquement australiens, amenés à UQ pour l'occasion!

Lire la suite 4 commentaires

Semaine de l'orientation -le début-

Ce lundi 18 juillet c'est le début de la semaine d'orientation! Avec Timothy nous décidons d'aller à l'Université en vélo histoire de ne pas payer le prix exorbitant des transports en commun. Casque sur la tête, sac sur le dos, nous partons avec nos portables en guise de GPS tandis que Lucile s'en va pour prendre le ferry.

 

Le trajet est épuisant et il fait déjà chaud. Plein de côtes à monter, des carrefours à traverser: il faut vraiment faire attention avec les voitures qui roulent à gauche! Mais je me sens beaucoup plus rassurée de rouler avec Timothy cette fois-ci, lui a l'expérience des velibs. 

 

Puis, alors que nous arrivons à proximité du pont menant à UQ, il commence à pleuvoir. De plus en plus. Sur le pont, spécialement conçu pour les vélos, tout se passe bien même si la pluie nous cingle les yeux, mais arrivée vers l'extrémité du pont qui n'est en réalité rien d'autre qu'une descente faisant plein de petits virages bien fourbes, c'est là que le drame arrive. Au détour d'un virage, alors que Timothy qui roule juste devant moi freine pour virer de bord, je vois sa roue faire un mouvement louche et j'ai juste le temps de penser "Attention ça glisse" que j'arrive à l'endroit en question et ça ne loupe pas: au moment où je freine, gros dérapage à cause de la descente mêlée à la pluie. Je tente de redresser mon guidon mais c'est peine perdue. Avec la vitesse, je fonce droit dans la barrière et j'ai juste le temps de me dire "Salomé, attrape la barrière et ne la lâche pas!". En effet, je me voyais déjà en train de faire un vol-planné au dessus du vélo et de la barrière pour tomber du pont! Heureusement, malgré m'être mangé la barrière, j'y suis restée accrochée d'une telle manière que, bien que toute contorsionnée, je ne me suis pas fait mal et j'avais encore mon vélo entre les jambes après le choc. Il fallait voir la scène! J'étais cramponnée par les deux mains aux barreaux à demi étalée par terre avec mon vélo coincé entre les jambes.. Timothy est arrivé et m'a aidé à remettre droit le guidon de mon vélo qui s'était déplacé vers la droite puis a remis les chaînes: j'avais déraillé. Bien heureusement, plus de peur que de mal!

 

Et nous avons enfin pu aller à Welcome Expo. On nous y a donné, entre autre, nos tee-shirts de l'Université!

Lire la suite 5 commentaires

Premier week-end à Brisbane

Le samedi 16 dans l'après-midi nous sommes retournés dans le centre-ville de Brisbane pour nous rendre à l'agence de location pour une information supplémentaire mais quand nous arrivons devant l'agence, celle-ci est fermée. Pas de chance! Nous allons donc faire un tour dans les rues piétonnes et dans les magasins. Le but: trouver un parapluie pour Timothy qui n'en a pas amené de France. Aujourd'hui, en effet, il pleut des cordes. Nous finissons par trouver un magasin dans lequel Timothy achète son parapluie et nous trois un oreiller pour chacun: dans notre nouvelle location à partir du 24 juillet, nous n'aurons pas d'oreiller, il faut donc s'équiper!

 

Nous appelons un UBER pour rentrer parce que nous sommes chargés et qu'il pleut encore puis à la maison, nous nous rendons compte que Timothy n'a plus son parapluie... Il l'a oublié dans le UBER! Bon, tant pis, il en rachètera un la prochaine fois!

 

Bref ce samedi n'a pas été très passionnant mis à part le dîner du soir pendant lequel Timothy et Lucile ont eu une petite surprise en mangeant leur steak haché. Il avait un goût de saucisse. En tout cas, ça les a dégoûté et les deux derniers qui trônaient dans le frigo ont fini à la poubelle! Le lendemain matin, dimanche 17,  notre hôte d'Airbnb est venu vers 11 heures pour nous faire changer d'appartement. Le nouveau, celui qu'on avait réservé à l'origine, est situé dans la même propriété mais deux escaliers plus loin. 

 

Tous les meubles sont transvasés dans notre nouvel appartement -les lits, le canapé, la lampe, les chaises, la table- en fait, il n'y avait rien dans l'appartement que nous venons d'occuper pendant cinq jours et tout avait déjà été déménagé d'un appartement depuis l'autre. Mais, il nous reste tous nos bagages et les vélos à déménager qu'il ne nous a pas du tout aidé à transporter malgré l'escalier à descendre et l'escalier à monter. Alors, après avoir fait de nombreux aller-retours (pour déménager également notre nourriture), nous découvrons enfin notre nouvel Airbnb. 

La vue est très belle depuis le balcon! En revanche, lorsque nous inspectons l'intérieur de l'appartement, c'est tout simplement IMMONDE!! 

Lire la suite 4 commentaires

Recherche de logements -la suite-

Aujourd'hui, vendredi 17 juillet, nous avons 4 visites de programmées pour trouver un logement. Dès le matin 9 heures, nous sommes devant la première maison avec Lucile. Une dame adorable nous fait visiter, la maison ressemble comme deux gouttes d'eau aux photos du site et les résidents sont tous des étudiants de UQ. Tout parait parfait. Mais lorsque nous arrivons dans la chambre disponible, notre hôte nous indique que celle-ci ne sera disponible qu'à partir du 8 août. Or nous quittons notre Airbnb le 24 juillet. Evidemment, ça ne va pas. Nous remercions la dame et nous sortons, un peu déçues mais rassurées en voyant que tous les logements ne sont pas en réalité des taudis.

 

Nous patientons ensuite pendant 45 minutes sur un banc puisque notre seconde visite n'est qu'à 10h30 et quelques rues plus loin à peine. Cette fois, Timothy est venu nous rejoindre pour visiter. Un agent immobilier -oui, parce que pour ce logement il s'agit d'une agence de location officielle- arrive à l'heure dite et nous fait faire le tour de la shared-house. Il y fait froid comme dans un réfrigérateur! Peut-être même plus froid qu'à l'extérieur. Il fait assez sombre aussi. Mais mis à part ça, les chambres n'ont rien à voir avec les cagibis visités la veille: elles sont tout à fait décentes. Cinq anglais qui se connaissent déjà habitent la maison pour l'instant et il reste encore trois places. Nous ne sommes pas très emballés mais jusqu'alors, c'est ce que nous avons trouvé de mieux et c'est disponible dès maintenant.

 

L'agent finit par nous dire qu'il a une autre maison à nous montrer, un peu plus haut dans la même rue. Nous y allons, nous ne sommes bien entendu pas opposés à une visite supplémentaire! Et arrivés à proximité du logement, nous nous rendons compte qu'il s'agit d'une maison que nous avions déjà repérée sur le site et dont notre visite était programmée pour le lendemain. C'était bon signe.

 

A l'intérieur, ce fut la révélation. Toutes les chambres étaient lumineuses, parfaitement propres, bien agencées, avec lit, matelas, bureau, lampe, placard, télé. La cuisine était très spacieuse avec trois réfrigérateurs, une machine à laver, un lave-vaisselle. La salle de bain partagée très propre, une terrasse abritée, un rooftop. Tout simplement PARFAIT. Et l'agent nous propose trois chambres, disponibles pour le 24 juillet. La shared-house compte en tout cinq places, nous serions donc avec deux étrangers. Mais, avant de trop nous avancer, nous voulions savoir le prix, bien entendu. Et voilà l'agent qui nous demande quel est notre budget. Alors, en entendant nos propositions, il nous accorde une chambre chacun avec des réductions vraiment non négligeables: 200$ pour moi au lieu de 230$ la semaine. J'étais ravie! Mais la réduction n'était valable que si nous allions signer à l'agence le jour-même. C'était bien un commerçant notre homme... Après nous être concertés longtemps, nous avons finalement décidé de sauter sur l'occasion et d'annuler les deux dernières visites de la journée. Après tout, nous avions une occasion en or, il fallait sauter dessus!

Voici la vue de la terrasse et du rooftop!

 

Lire la suite 4 commentaires

Recherche de logements - le début-

Ce jeudi 14 juillet je suis allée acheter un vélo chez un particulier à vingt minutes à pieds de chez nous! Pratique pour se déplacer ici sachant que les transports sont trèèès chers!! Un ticket de bus: 4,80 $, une traversée en ferry: 5,80$


 

 

 

 

 

 

Ici aussi il y a des vélibs! 

Pendant que Timothy et Lucile sont partis faire une visite à 13h pour un logement -qui ne m'intéressait pas- je suis allée me balader seule aux alentours de notre Airbnb. Mais après avoir fait un petit bout de chemin, me voilà face à cette affiche...

Lire la suite 4 commentaires

Premier VRAI jour à Brisbane!

Quand nous avons décidé d'aller à l'Université ce matin, voilà les rues que nous parcourions. Notre quartier est un quartier plutôt résidentiel.
Quand nous avons décidé d'aller à l'Université ce matin, voilà les rues que nous parcourions. Notre quartier est un quartier plutôt résidentiel.

La veille, après être arrivés dans le Airbnb, nous avions dormi de 9h30 à 15h -après avoir éteint le réveil trois fois d'affilée- puis nous avions pris notre courage à deux mains pour aller faire des courses dans un supermarché ("Coles") pas très loin. 

Qu'en retenons-nous? Que les fruits et les légumes sont des aliments rares et sont assez chers ici en Australie et surtout, à Brisbane les yaourts n'existent pas... Du moins pas dans ce supermarché. Effroyable!

Voilà grosso modo ce que nous avons fait hier.

 

Aujourd'hui, mercredi 13 juillet, nous nous étions inscrits à une "Getting Started Session" à UQ  pour 11h. Le réveil avait donc été programmé pour 9h. Mais quand je me suis réveillée, à l'heure prévue, je me suis rendue compte que j'étais la seule à dormir encore. Timothy s'était levé à 6h et avait exploré pendant deux heures Brisbane à pieds, ne pouvant se rendormir, tandis que Lucile s'était levée vers 8h. 

Lire la suite 6 commentaires

L'arrivée au Airbnb...

Il me faut tout d'abord vous expliquer comment nous en sommes arrivés là...

Il y a trois mois, avec Lucile et Timothy, nous avions réservé un Airbnb pour trois proche de l'Université, attirant, sympathique, chaleureux -selon les mots de Timothy qui me les souffle discrètement avec un léger ton nostalgique dans la voix-, bref, un appartement tout à fait convenable, pour douze jours. Ce logement devait servir de base pour notre arrivée, le temps que l'on cherche une collocation pour le semestre, voire l'année.

 

Mais voilà que trois jours avant le jour J, le propriétaire -que nous avions déjà payé, bien entendu- envoie un mail pour nous dire qu'il s'est rendu compte qu'il y avait un trou dans le plafond de l'appartement et donc de l'eau dans le logement. Mais pas de panique, tout devrait être résolu à temps...

Le lendemain, dans la nuit, second mail pour nous avertir qu'en fait, des travaux doivent être faits et par conséquent il ne peut nous accueillir. 

GROSSE PANIQUE A J-2!!!

Après des heures passées à chercher un nouveau Airbnb, tâche ardue vu le peu de jours restants avant l'arrivée, le propriétaire nous propose finalement de nous reloger pendant quelques jours dans un autre appartement qu'il possède mais qui est en "rénovation". Mais, nous rassure-t-il, cinq jours plus tard nous pourrions emménager dans l'appartement que nous avions réservé à l'origine. Avec cela, il nous ferait 30% de réduction sur tout le séjour.

Nous avons accepté l'offre, rassurés d'avoir un pied-à-terre pour notre arrivée.

 

Quand nous sommes arrivés dans notre Airbnb "en rénovation" ce matin 12 juillet après plus de 24 heures de vol, exténués, nous avons découverts avec stupeur l'appartement que nous allions occuper pendant cinq jours...

Lire la suite 3 commentaires

Le départ

Le Jour J est enfin arrivé! Dimanche 10 juillet... Date mémorable. Mais pourquoi donc? La finale de la coupe de l'Euro avec la France en finale? Oui mais aussi (et surtout!) parce que c'est aujourd'hui le jour du grand départ pour l'Australie.

Avec mon père, nous avons pris le train tôt pour éviter tout stress et nous sommes arrivés à Paris vers onze heures. Ma valise ne pèse que 25 kg (sur les 30 autorisés par Emirates) mais je préfère tout de même laisser à mon père la noble mission de la transporter partout où l'on va!

Lire la suite 6 commentaires

Les préparatifs

J-9 avant le grand départ ! J’ai l’impression que tout s’accélère et pourtant il reste tant de choses à vérifier… Tout d’abord, j’ai appris il y a deux semaines qu’en ce qui concerne mon visa australien, je l’avais bien reçu et cela le jour-même de ma demande en fait ! De ce côté-là, il n’y a donc plus de souci. Pour ce qui est de mon cours de sciences dont j’attends toujours l’autorisation pour m’inscrire, ça n’a pas vraiment avancé. J’ai même reçu un document de l’administration de UQ sur lequel est écrit en noir sur blanc : « Course rejected ». Soi-disant, je n’aurais pas les prérequis nécessaires… Nous avons échangé je ne sais combien de mails avec l’administration pour tâcher de remédier à ça mais sans succès. En attendant, je me suis inscrite à un autre cours de sciences, qui certes me passionne beaucoup moins mais qui m’est accessible : « Australie Marine Environment ».

 

Ce qui me fait un peu stresser en revanche, maintenant qu’il ne s’agit plus de détails administratifs, c’est le logement une fois sur place. Pour les douze premiers jours, nous avons loué avec deux autres Sciences Pistes qui partent étudier dans la même Université un Airbnb à Brisbane, tout près de UQ. Nous ne nous connaissons pas vraiment mais cela fait plusieurs mois que nous correspondons par messages pour nous entraider dans nos préparatifs. Nous avons également pris le même avion afin d’avoir quelques repères en arrivant sur ce continent inconnu. Timothy et Lucile. A trois, nous allons faire une colloc pendant douze jours et sur place nous chercherons chacun un logement pour le semestre, voire l’année entière.

 

 

Le plus important maintenant que les cours, les soucis administratifs et le logement pour les premiers jours étaient réglés, c’était le voyage en lui-même. Que devais-je prendre ? Ou que pouvais-je prendre plutôt ? Car il y a deux semaines, alors que j’étais persuadée que j’avais le droit de prendre en soute deux valises, j’ai découvert qu’en réalité une seule était autorisée… Mais moi, j’avais fait acheter à ma mère deux valises, de taille moyenne bien sûr pour pouvoir les transporter toutes les deux. Et quand j’ai compris que je ne pourrais en emmener qu’une, j’avoue que j’ai un peu paniqué : comment allais-je faire pour un an avec une seule valise ? Quand je partais pour deux semaines de vacances, je prenais déjà l’équivalent d’une valise… 

L'adaptateur... INDISPENSABLE! La chose à ne surtout pas oublier et à ranger dès à présent dans la valise.
L'adaptateur... INDISPENSABLE! La chose à ne surtout pas oublier et à ranger dès à présent dans la valise.
Lire la suite 2 commentaires

Petits soucis administratifs

Certes, j’avais été affectée par Sciences Po à UQ –the University of Queensland- mais il fallait encore que UQ m’accepte et que les démarches administratives soient réalisées avec succès ! La DAIE a donc envoyé mon dossier à l’Université partenaire et le 8 avril j’ai reçu par mail ce que j’attendais : «Unconditional Offer for Incoming Exchange Program ».

 

Seulement, il y avait une erreur dans le document officiel… Mon adresse était mal orthographiée. En soi, ce n’était pas vraiment important de mon point de vue mais je devais signaler toute faute concernant mes informations personnelles et mes coordonnées. La rectification d’adresse a donc bien été transmise par la DAIE à l’administration de UQ. J’avais pour consigne d’attendre. Tout comme deux autres Sciences Pistes pris à UQ qui étaient également dans une situation problématique : l’offre de Lucile ne couvrait qu’un seul semestre (assez embêtant puisqu’on était quand même censés partir un an !) et celle de Timothy n’était tout simplement pas à son nom ! Les autres, ceux qui avaient également été pris à Brisbane mais qui n’avaient pas d’erreur dans leur offre de programme d’échange, pouvaient déjà remplir les documents nécessaires, les renvoyer, payer l’assurance maladie obligatoire –l’OSHC- et attendre sereinement leur CoE ou Confirmation of Enrolment, le document électronique permettant de demander le visa et indiquant officiellement notre admission à UQ.

 

Le 18 avril, soit 10 jours plus tard, ne percevant aucun signe de vie du côté de l’administration que ce soit du côté Sciences Po que du côté UQ, j’ai envoyé un mail à ma correspondante à la DAIE pour lui demander si je devais attendre que UQ renvoie le document avec la bonne adresse ou si je pouvais d’ores et déjà commencer la procédure en renvoyant les documents demandés. Le mail de réponse m’indiquait que je devais attendre. Encore. J’ai donc attendu, malgré le stress qui commençait à monter au fil des jours. Ce qui m’a permis de relativiser c’était d’être dans la même attente insupportable que Lucile et Timothy avec qui nous nous étions mis à parler en ligne afin de nous tenir au courant de l’avancée de nos dossiers. Eux aussi avaient déjà relancé la DAIE par mail, sans succès.

 

Le 12 mai, alors que nous étions en plein examens, nous avons reçu un mail de la correspondante de la DAIE qui nous demandait de lui indiquer si nous avions bien reçu notre CoE définitif de UQ. J’avoue que sur le coup, j’ai été très étonnée : mais pourquoi me demandait-elle cela ? Je ne pouvais pas l’avoir reçu, je n’avais pas commencé la procédure ! On m’avait dit d’attendre… Alors j’ai contacté Lucile et Timothy : eux non plus ne comprenaient pas ce mail. J’ai donc répondu que j’attendais toujours les documents de UQ corrigés  pour pouvoir leur envoyer la lettre d'acceptation signée ainsi que le montant de la couverture médicale. J’ai bien précisé l’état de la situation et en envoyant ma réponse, j’espérais enfin que tout ceci allait se décanter rapidement ! Il fallait tout de même que je puisse demander mon visa… Après tout, le billet d’avion était déjà pris et j’allais partir le 10 juillet : le jour J allait arriver rapidement.

 

Le 19 mai, je n’avais toujours aucune réponse : ça commençait vraiment à faire long ! Mes examens étaient terminés donc j’avais tout le temps de me préoccuper de ces démarches administratives qui se révélaient être catastrophiques… J’ai donc essayé d’appeler la correspondante de la DAIE, mais personne au bout du fil. J’avais déjà essayé une semaine auparavant, en vain. J’ai alors renvoyé un mail –pour changer !- pour expliquer que je comptais commencer la procédure et renvoyer les documents complétés à UQ sans attendre l’offre de programme d’échange corrigée. La semaine suivante je n’aurai pas Internet, il fallait donc que j’assure l’envoi des documents dès à présent ! Le jour-même, alors que je m’étais convaincue d’en finir avec cette histoire, j’ai reçu la réponse suivante : « L'envoi des lettres d'admission est actuellement en cours, certains de vos camarades l'ont reçu dans le courant de la semaine. Je ne peux vous préciser quand la vôtre vous parviendra ni si le fait de renvoyer vos documents sans avoir au préalable reçu votre CoE sera pris en compte. Je vous recommande donc plutôt de patienter. » Mais qu’est-ce que ça voulait dire ? Je pensais vraiment qu’il y avait un problème de communication avec l’administration de Sciences Po parce que moi, je n’attendais pas ma lettre d’admission ! J’attendais encore mon offre de programme d’échange… Donc, un peu paniquée, j’ai rappelé, sans grand espoir d’entendre une voix à l’autre bout de la ligne.

 

Cette fois-ci, miracle ! On m’a répondu. J’ai expliqué la situation et c’est là que j’ai compris qu’en effet, on s’était mal comprises. La correspondante de la DAIE pour l’Australie pensait que Timothy, Lucile et moi avions déjà renvoyé le paiement de la couverture médicale obligatoire. Nous, nous avions attendu, comme on nous l’avait dit. Donc aucune démarche n’avait été commencée. Alors, le jour même j’ai renvoyé mon paiement à UQ ainsi que la lettre d’acceptation signée, en dépit de mon adresse mal orthographiée. Finalement, la DAIE m’avait dit que ce n’était pas si grave et que je pouvais poursuivre les démarches. On me disait ça six semaines après… Mais bon, du moment que ça me permettait d’avoir ma CoE !

 

Le 25 mai, j’ai enfin reçu la Confirmation of Enrolment ! J’ai pu faire ma demande de visa, activer mon compte et mon adresse mail UQ, et m’inscrire en ligne aux cours proposés par l’Université de Queensland. Et là… problème. Encore. Il faut croire que j’ai la poisse. Sur les quatre cours auxquels je devais m’inscrire, l’un d’entre eux m’ait inaccessible. Apparemment, ce cours « Microbiologie et Immunologie » tomberait en dehors de mon champ d’étude. Normal, c’est un cours de sciences. Très probablement UQ n’a pas encore enregistré que je faisais un bi-cursus et que j’étais obligée de suivre des cours de biologie. J’ai donc envoyé un mail fin mai à la School of Chemistry and Molecular Bioscience qui dispense ce cours pour lui expliquer la situation. Aucune réponse. J’ai donc envoyé un second mail à l’administration de UQ trois jours plus tard. Aucune réponse. Le 7 juin j’ai envoyé un troisième mail, cette fois à ma correspondante de Sciences Po pour essayer d’avoir une aide supplémentaire. Mon message a apparemment été transféré à UQ. Il y a deux jours, j’ai renvoyé un mail, ne percevant toujours aucun signe de vie. J’attends toujours désespérément de pouvoir m’inscrire dans ce cours de sciences ou à défaut d'avoir une réponse afin de savoir quoi faire.

 

 

Comme quoi, il faut s’accrocher pour partir à l’autre bout du monde !

1 commentaires

LE CHOIX

Commençons par le début… Pourquoi l’Australie ? Et pourquoi un départ au fait ?

 

A Sciences Po, la troisième année du Bachelor se transforme obligatoirement en une année à l’étranger. Stage, projet personnel ou études en Université partenaire : les choix sont vastes. Quant à moi, étant en bi-cursus avec l’Université Pierre et Marie Curie, le séjour d’étude était la seule option possible pour valider ma double licence. Les termes du contrat étaient clairs : 50% de cours de biologie au minimum quant aux autres cours, je m’arrangerai comme bon me semblerait, avec l’accord de Sciences Po bien entendu. Et pour pouvoir suivre ces cours de sciences, la liste d’Universités Partenaires proposée par Sciences Po était beaucoup plus restreinte que la liste initiale –plus de 400 dans le monde-.

 

Que choisir ? Je voulais partir dans un pays anglophone pour approfondir mon anglais. INDISPENSABLE. Mais je souhaitais aussi de l’éloignement par rapport à tout ce que j’avais connu : je n’étais jamais sortie de l’Union Européenne et l’opportunité de vivre un an loin du continent européen était très attirante. Mes choix se sont rapidement portés sur les Etats-Unis et l’Australie. Cela me permettrait d’être dépaysée sans toutefois me retrouver face à un choc de culture tel que j’aurais pu le vivre en me rendant en Inde ou aux Philippines par exemple. De plus, il s’agissait de deux pays qui m’avaient toujours attiré : les Etats-Unis de par leur rayonnement mondial, leur excellence académique, the « american way of life », les campus américains et leur mode de fonctionnement si typique, l’immensité du territoire et donc le nombre incalculable de lieux, de villes et de monuments à visiter et l’Australie de par ses paysages à couper le souffle, son climat, la gentillesse de ses habitants, sa riche histoire coloniale faisant alors cohabiter autochtones et anciens colons… Ce pays-île-continent me semblait globalement préservé de l’effervescence qui agite le monde et cela aussi me fascinait.

 

Mais alors ?

Dans les six choix qu’il fallait ordonner dans notre liste de vœux à l’attention de la DAIE, le département de Sciences Po qui s’occupe de la répartition des élèves en 3A –troisième année- à l’étranger, j’ai donc mis moitié Etats-Unis, moitié Australie. Avec mon score à l’IELTS, examen attestant de notre niveau d’anglais, je pouvais demander n’importe quelle université heureusement ! La Californie était alors mon premier choix : un choix stratégique car très demandé et qualifié de « first choice » avec un panel d’universités renommées à la clé. Mais mon choix de cœur, c’était The University of Queensland à Brisbane en Australie, que j’avais mis juste après, en deuxième position. Cette université est l’une des meilleures d’Australie et ses départements de biologie et de recherche sont particulièrement réputés, tout spécialement dans les nombreux secteurs de cancérologie. Le campus Saint Lucia est connu pour être l’un des plus agréables d’Australie, et la ville de Brisbane en elle-même est attractive de par son environnement amical et multiculturel, par le mode de vie a priori décontracté des habitants, par son climat ensoleillé tout au long de l’année et par sa localisation dans la région du Nord-Est de l’Australie qui comporte tant de sites naturels splendides à visiter. Enfin, le service aux étudiants internationaux à Queensland semblait être de qualité et je dois avouer que cela m’a également influencé car la période d’acclimatation ne pouvait ainsi qu’admirablement bien se dérouler.

 

 

Finalement, le 5 février les résultats sont tombés… J’avais été prise à mon second choix, l’Université de Queensland en Australie. Après cinq secondes d’incompréhension en lisant le mail qui m’était adressé et sur lequel je m’étais préparée à voir Californie, j’ai réalisé que je partais à Brisbane dans quelques mois, alors une bouffée de joie m’a envahie et j’ai tout de suite passé une dizaine de coups de téléphone pour prévenir mon entourage de la bonne nouvelle ! J’allais découvrir l’Australie…

15 commentaires